Émilie Jourdain

  • Par
  • Le 18/06/2018
  • 0 commentaire

Grey eyes 2946810 1920 1

Elle vit à Londres depuis plusieurs années.

Elle n'est pas anglaise. Même pas britannique. Française...

Mais personne n'est parfait, n'est-ce pas...

C'est une femme moderne, libre, indépendante.

En apparence.

Sa seule faiblesse avouée est un désordre cognitif qui porte le nom barbare de prosopagnosie : elle n'associe pas les noms et les visages. Pas facile d'avoir une vie sociale quand on ne reconnaît personne...

Mais c'est aussi bien pratique quand on ne veut reconnaître personne... parce que l'on a quelque chose à cacher.

Quelque chose enterré profondément, derrière des cloisons, des barrières, des douves... et dont les clés de cette forteresse ont été remises à des gardiennes du temple intérieures, qui veillent jalousement sur cet enclos secret.

Mais qui est véritablement prisonnier dans cette geôle? Son passé ou son présent?

 

Extrait de Trois.1 : Synopsis anglais


Lilie venait de passer la quarantaine, mais était de ces personnes auxquelles il est difficile de donner un âge au premier coup d'œil. Son visage pointu était presque juvénile, mais son regard gris-vert paraissait parfois très ancien. Ses cheveux blonds tendaient vers le blanc, si bien que personne ne savait quelle couleur l'emportait, ce qui n'aidait pas non plus à la "dater", selon son expression. Elle tirait un certain orgueil de ne pas être maigre comme la plupart des anorexiques à la mode du moment : elle au moins avait des formes féminines. Ses goûts vestimentaires allaient vers les tenues confortables et passe-partout, à commencer par des pantalons qui agaçaient prodigieusement ses employeurs très conservateurs sur le dress code professionnel féminin. Agacement qu'elle entretenait savamment en remplaçant de la façon la moins discrète possible, avant de quitter le bureau, ses strictes chaussures plates pour des baskets moelleuses. De toute façon, elle considérait, et l'avait bien fait comprendre à qui s'était mal avisé de lui en faire la remarque, que même en "casual", elle savait mieux s'habiller que toutes les working girls en tailleur uniforme triste et talons plate-forme, qui se voulaient fashion mais qui n'étaient, au mieux, que des pièges à entorses, au demeurant fort vulgaires.

Droits d'auteur – 2018 E.J. Langlois

Tous droits réservés

Tout le contenu, tous les droits d'auteur et autres droits de propriété intellectuelle sur cette œuvre sont la propriété de l'auteur et sont protégés par les droits français et internationaux.

COPYRIGHT © 75G91J5 (01/05/2018)

Trois.1 Roman Personnages